01/10/2003

Acronymes

Je suis un Sans Salaire Fixe (SSF...). Et dans un sens, ça me fait bizarre d'ainsi entrer dans la norme : là où j'habite, c'est plutôt le règne de la débrouille. D'où me vient alors cette impression d'être dévisagé lorsque je sors dans le quartier ? D'autres par contre détournent la tête, c'est flagrant.

Je suis un Sans Salaire Fixe. Ce n'est pas très confortable. J'en revendique donc la contrepartie : être un SDF (Sans Dette Fixe).

08:56 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

sans … fixe du genre libre circulation, quoi! C'est mon idéal aussi.

Et dans la même idée de faire circuler, je ne comprends pas ta retenue à nommer les ceusses qui veulent pas d'indépendants chez eux. Ils assument sans fausse honte, je présume.

À moins que tu ne veuilles te faire un ami de Ton curateur, t'as bien raison d'insister pour un décompte détaillé.
Comme je suppose que c'est le genre profession libérale, j'ai une anecdote:
J'avais un client mauvais payeur; bon , on connaît. Mais récidiviste, que je commençais à ne plus pouvoir suivre… donc j'arrête de bosser pour lui. En général, faire ce choix là c'est aussi dire au revoir au payement. Du coup, je prend un avocat pour la cause (une avocate pour être précis). Elle m'a été renseignée, je devais pouvoir lui faire confiance et de toute façon j'y connaissais encore rien à leur univers de papier et démarches à rallonges. Bref, il arrive que ça traîne, traîne, traîne… et que déjà j'en suis insatisfait! Et puis, un beau jour elle m'écrit en commençant ainsi : "Nous courons de malchance…" (le mauvais payeur était en faillite! Ça nous pendait au nez, il y en a certains qui jouent avec ça et parviennent, je ne sais comment, à s'en mettre dans les poches par la même occasion. Bien sûr, il n'était pas en personne physique, celui-là!)
Là j'ai tout bonnement craqué, j'ai pris ma plume et lui dis que de mon point de vue la malchance n'avait pas grand chose à voir là-dedans mais que j'avais quelques remarques quand à son laisser aller… et de lui demander mon solde, insistant sur le fait qu'il ne pouvait être épuisé vu la stagnation de la procédure!
Il a fallut que j'insiste pour le détail des honoraires qui — ben tiens! — chiffraient plus que l'avance payée (à 20 euros le recommandé, ça chiffre vite, même en ne faisant pas grand-chose).
J'en ai conclu que nous étions quitte, et n'ai plus donné signe de vie — elle non plus.

Si tu cherches toujours une maison, laisse-moi une adresse mail en commentaire sur mon blogue (dès que je le réceptionne, je l'efface), je devrais avoir une info lundi soir au plus tard.

Écrit par : BroC | 02/10/2003

Les commentaires sont fermés.