15/09/2003

Il fallait s'y attendre

Je m'étais mis une semaine au vert lorsque la nouvelle est tombée (comme quoi, il faut jamais espérer avoir l'esprit en vacance...) : l'affiche est arrivée. Une belle, jaune fluo "Maison à vendre". Ce n'était pas vraiment une surprise, mais j'espérais avoir la paix encore quelques mois. D'autant que pour trouver à se reloger, c'est galère.

J'épluche les annonces de maisons à louer depuis pas mal de temps. Les proprios, j'en ai rencontré de 2 types :
- Ceux qui jugent à la tête du client. Là, si tu n'arrives pas chez eux en BMW ou en Mercedes, t'as aucune chance.
- Ceux qui connaissent quelqu'un qui a accès à des informations d'ordre privé. Je ne sais pas comment c'est possible. A tous les coups, sans trop se forcer, ils tombent évidemment sur le jugement de faillite.

Alors moi, je joue avec eux la carte de la franchise; j'explique ma situation. Sans trop entrer dans les détails (par pudeur), mais en dédramatisant aussi. J'essaie de les persuader que le plus dur est derrière moi, que pour le loyer c'est ok, j'ai de quoi, je peux leur donner des garanties... Moi je ne sais pas; ça me rassurerait un candidat-locataire qui n'essaie pas de raconter de bobards. Mais apparemment, ça ne paie pas.

En attendant, une fois par semaine, je fais visiter ma maison. Et ça, c'est pas très bon pour le moral.

11:06 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Je passe...je lis...

Écrit par : sioran | 15/09/2003

Les commentaires sont fermés.