10/09/2003

Retour à la case départ

Alors finalement, voilà ce que l'avocat du CPAS a trouvé : le CPAS n'a aucune raison d'intervenir dans mon cas, vu que j'ai droit à une assurance sociale en cas de faillite. Ah bon ? Ca existe ça ? Je téléphone, je me renseigne et tout le monde me répond : oui, ça existe, et oui, j'y ai droit. Mais que diantre ne me le disiez-vous pas plus tôt ? Je pouvais pas deviner; et personne, jamais, n'a pensé à me dire d'introduire une demande.

Contact avec la Caisse sociale; un bête petit formulaire à remplir. Ce que je fait. Notons bien au passage que cette allocation est limitée à 6 mois maxi. Vous imaginez un employé qui perd son emploi à qui on annonce qu'il n'aura droit qu'à 6 mois de chômage, pas un de plus ? Ca provoquerait pas une révolution, ça ?

Deux précautions valent mieux qu'une : je téléphone au gars qui gère mon dossier. Tout est ok, reste à attendre la réponse.

— "et vous pensez que j'aurai la réponse dans quel délai ?"
— "vous devez compter 6 mois environ"
— "6 MOIS ???? Et je fais comment pendant ce temps ???"
— "Adressez-vous au CPAS de votre commune. Ils vous feront une avance..."

Dites, un jour, j'aimerais bien qu'on m'explique les règles du jeu. Ces allers-retours, ça devient lassant.

09:46 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.