04/09/2003

Prélude 5... Allez, c'est bientôt la fin du début (ou l'inverse?)

Il me reste toujours des séquelles psychiques et physiques de cette longue période noire. Notamment, la phobie de la sonnette d'entrée. Rien de d'imaginer quelqu'un frappant à ma porte, j'en ai les mains qui tremblent.

Pour comprendre cette phobie, il faut avoir connu le défilé des huissiers. Certains sont sympas : ils sont là pour trouver une solution. D'autres (en général, ceux mandatés par l'Etat) sont carrèment ignobles. Alors voilà, je trouve un arrangement avec un sympa, je m'engage à rembourser ma dette par x mensualités de autant... et paf! Nouvelle visite, un pas sympa celui-là : 100.000 FB (2500 euros) immédiatement, et on discutera après. Re-téléphoner au premier; demander si on ne pourrait pas sursoir d'un mois... à force ils devenaient méfiants, je les comprends.

Le couteau sur la gorge j'étais. A me demander quotidiennement s'il valait mieux acheter du papier pour l'imprimante ou du pain pour les enfants. Sans rire : c'était l'un OU l'autre. J'ai oublié une catégorie : "celui-qui-fait-des-efforts-désespérés-pour-paraître-sympa". Celui-là, il se pointe le vendredi en fin de journée, exige pour lundi matin le versement d'une provision de 2500 euros, et repart tout sourire en me souhaitant bon week-end!

Pour tout dire, entre-temps je pensais bien m'être sorti d'affaire : une commande mirifique, 614.000 FB en 3 mois, pour moi : le contrat du siècle (oui, je parle de l'autre siècle)! Pas de chance : c'était un escroc. Mais de cela, je reparlerai plus tard.

11:56 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.